C'est toujours ça de pris!

22 octobre 2018 - 19:43

Neuville - Royan: 1-1 Le choc des coleaders s'est soldé par un nul logique. Les deux camps, toujours devant et invaincus, ne font pas la fine bouche.  

Les coéquipiers de Lugier auraient pu remporter leur troisième victoire, mais ils auraient aussi très bien pu chuter pour la première fois. « Royan est une belle équipe, vraiment solide, supérieure à la saison dernière », observait ainsi Badr El Brahmi à l'issue du troisième match à domicile de la saison en quatre journées.

Chevalier
répond à Bandé

Après à peine un quart d'heure, Bandé permettait à Neuville de prendre les commandes grâce à sa troisième réalisation (11). Royan était groggy mais pas K.-O. « Nous avons été cohérents durant une demi-heure puis on s'est mis à reculer », regrettait l'entraîneur du CAN. Royan, plein de maîtrise avec Chevalier en chef d'orchestre, n'y était pas étranger. Les Maritimes déroulaient sans mettre pour autant la défense neuvilloise au supplice. A force de courir en vain après le score, les hommes du duo Ferré-Salaün se mettaient en danger. Ils s'en remettaient alors à ce diable de Chevalier qui trouvait la faille sur un corner direct (76). Ce n'était que justice pour Royan qui ne méritait pas de rentrer sur les bords de l'estuaire sans rien. « Honnêtement, le nul est logique », soulignait Badr El Brahmi. Quand on ne peut pas gagner, il faut savoir ne pas perdre. « Je tiens à féliciter les joueurs qui ont mis du coeur et de l'abnégation pour contrarier Royan. C'est un bon résultat, l'opération maintien se poursuit. »
Dans le camp maritime, on se montrait soulagés par l'issue. « Il aurait été cruel de repartir sans au moins un point, appuyait Robert Salaün. On s'est épuisés à courir après le score mais nous avons été récompensés. On reste invaincus, c'est un bon résultat. » Malgré un fauteuil de leader toujours partagé avec Neuville, l'ancien Montmorillonnais et Cépiste n'affichait aucune prétention sinon celle de voir les Royannais « réaliser le meilleur championnat possible. On joue bien, on marque des buts mais franchement on ne parle pas d'accession chez nous ». Le discours pourrait changer si d'aventure les coéquipiers de Lopez Peralta venaient à terrasser Châtellerault dans quinze jours. Pendant ce temps-là, Neuville se rendra chez la réserve de Bressuire pour profiter, peut-être, de la situation...

 

Commentaires