UN virage a bien négocier

3 novembre 2018 - 09:34

Neuville est descendu de son nuage à Chauray qui a renversé une situation compromise à la pause (0-2). « On n'est plus invaincus, il fallait que ça arrive », affirme Badr El Brahmi sans dissocier coupe et championnat. « On est restés aux vestiaires, on a cru que c'était gagné. On doit maintenant tirer les leçons de l'élimination pour rebondir dès samedi (ce soir) », poursuit l'entraîneur du CAN impatient de juger de la capacité de réaction de son collectif. En cas de victoire, Chauray restera un accident; avec une défaite voire un nul, les coéquipiers de Lugier (3 avant la 5 journée) pourraient rentrer dans le rang. Sur le papier, la réserve bressuiraise n'a rien d'une terreur avec aucune victoire pour deux nuls et deux défaites, « mais sans une franche réaction, ça ne passera pas », soutient encore Badr El Brahmi. L'heure du réveil a sonné.
Châtellerault, lui, a tous les sens en éveil! Avec la coupe de France, les hommes de Rodolphe Levrault enchaînent les matchs qui comptent. Et le déplacement à Royan, dauphin invaincu de l'inattendu Thouars, ressemble à un virage déjà décisif. « Pour deux raisons, détaille l'entraîneur du SOC. On doit d'abord se montrer plus performants à l'extérieur où on a déjà perdu une fois (Neuville) en deux sorties et encaissé quatre buts. Pour exister dans la durée, il est important de solidifier le bloc-équipe. Ensuite, si nous perdons à Royan et que Thouars l'emporte dans le même temps, notre retard passera à six et quatre points. Ce match est un premier tournant dans la saison. »

Commentaires